Quantcast
Channel: Commentaires sur : Cincinnatus ? plutôt Matamore ou Rodomont
Mark channel Not-Safe-For-Work? cancel confirm NSFW Votes: (0 votes)
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel.
0
  • Page 1
  • 2
Previous Article Next Article

Par : Cinciganus

0
0
Aux figures bravaches citées ci-dessus on pourrait ajouter le fanor, qu'on aurait pu affubler d'un -d final pour le franciser un chouia et ainsi faire de lui un <i>fanord</i>.

Par : laurent [ starting blog ]

0
0

C’est vrai qu’il est pompeux et pédant le Montebourg.

Par : st

0
0

Quel feu d’artifice ! Mais comme de tous ses modèles, on parle de lui avec un plaisir non dissimulé, le sourire aux lèvres !

Par : ps

0
0
(sauf de Cincinnatus, <i>son</i> modèle privé)

Par : zerbinette

0
0

La différence avec Cincinnatus, c’est que Montebourg n’a pas vraiment choisi de retourner à ses champs, il s’est fait débarquer. C’est d’ailleurs amusant de voir comme les débarqués ont annoncé leur ‘départ’ comme si c’était leur propre décision.

Mais si Montebourg a choisi Cincinnatus c’est peut-être parce que les envoyés du Sénat ont supplié ce dernier de revenir au pouvoir….

Par : zerbinette

0
0

Un fanor fara Saint Sig ?

Par : JMJ

0
0

Commentaire précédent à la trappe : c’est comme d’hab ou bien Montebourg bénéficie d’un traitement particulier ?

Par : Ph.H, biographe

0
0

Gus : À ma connaissance ni Matamore ni Falstaff n’ont rien produit qui se finisse en « ade », et encore moins Montebourg (quoique bourgade soit prêt l’emploi).

Ronsard écrivit la Franciade, Voltaire la Henriade. Y aura-t-il quelqu’un pour écrire la Montebourgade ? (l’action se déroulerait essentiellement en province, cela va de soi)

Par : JMJ, bis

0
0

Je n’ai jamais appelé Montebourg autrement que le Ministre du Boniment Improductif, avec toutes les majuscules qui s’imposent pour le Tartarin de Florange.

Je ne vois qu’un élément à son bilan : par ses déclarations il a créé un genre, le comique industriel. Hélas, ça peut faire rire, certes, (ou grincer des dents) mais ça coûte tellement cher…

Il me semble aussi qu’il a remis au goût du jour le mot impétrant, en l’utilisant de travers d’ailleurs ( à propos des candidats, et non pas impétrants, à la primaire socialiste).

A propos de son successeur est-ce que quelqu’un recyclera la blague faite autrefois à Chaban : « L’entrée du ministère est interdite aux ministres non accompagnés par leurs parents » ?

Par : pierre

0
0

Les correcteurs s’étant pressé le citron, ce billet serait donc de la citronnade ?
Et le retour au limon fertile, de la limonade ?
(question subsidiaire : pourquoi doubler le n dans un cas, et point dans l’autre ?)

Par : harald

0
0

Montebourg bouffonne ; que dit-il :
«Que vais-je faire de cette liberté retrouvée ? Je vais prendre exemple sur Cincinnatus, ce général romain qui préféra quitter le pouvoir pour retourner à ses champs et à ses charrues. Je vais, puisque je n’ai pas de mandat et ne m’apprête pas à en solliciter d’autres, retourner travailler parmi les Français…»

Or ce n’est pas tout à fait ça. Cincinatus, comme patricien romain, exerça différentes charges publiques qui étaient toujours de courtes durées et entre ces charges il retournait à ses champs. Lorsqu’il fut choisi pour exercer une dictature et qu’on vint le chercher, on le trouva tout nu en train de labourer. Il mit immédiatement sa toge et ayant ainsi retrouvé sa dignité de patricien, on lui annonça qu’il était choisi pour une dictature (et cette dictature dura seize jours, le temps de gagner la guerre).
Ça c’était des zommepolitiques (chez Tite Live tout est bon).

Par : Salah

0
0

Harald : « On le trouva tout nu en train de labourer ».
Cette histoire adaptée à notre époque, on aurait cité aussi le nom de l’autel .

Par : Jacques C

0
0

@ harald :

Et ?

Oui, Cincinnatus s’était replié depuis plusieurs années sur une petite propriété car il avait perdu l’essentiel de sa fortune en payant la caution de son fils (qui était d’ailleurs le premier acte de la lutte des patriciens contre les exigences des plébéiens : en somme, Cincinnatus a ensuite poursuivi l’œuvre de son fils, selon une chronologie familiale atypique). Votre dernier commentaire rappelle simplement le contexte global de cette « petite ferme » de Cincinnatus.

Et alors ?

La question n’est pas là.

La question est de savoir si, oui ou non, avant d’être sollicité pour devenir dictateur de Rome, Cincinnatus avait volontairement renoncé au pouvoir.

La réponse est oui.

Oui Cincinnatus était consul, oui les patriciens souhaitaient le reconduire, oui il a refusé cette reconduction (et a tancé le Sénat), oui il est retourné sur ses terres (le fait qu’il s’y était déjà retiré précédemment n’y change rien !, c’est hors-sujet). Donc oui, Cincinnatus s’est opposé au Sénat, a refusé de poursuivre sa charge de consul et s’est retiré sur ses terres — avant de devenir, quelques années plus tard, un recours pour Rome.

C’est bien cet enchaînement qui sert de référence à Montebourg (la dernière partie étant implicite et, probablement, fantasmatique et risible en ce qui concerne son avenir).

Par : zerbinette

0
0

Harald, je pense que Jacques C voulait vous dire qu’à l’époque de Cincinnatus il y avait des citoyens plus égaux que d’autres : l’admissions de plébéiens au sénat est controversée ainsi qu’au consulat, et par ailleurs, « malgré les exemples de consul à la pauvreté vertueuse célébrés par les historiens romains, la naissance aristocratique et la fortune sont indispensables pour mener une campagne électorale, entretenir par sa générosité ses clients qui sont autant d’agents électoraux, et assumer ensuite une magistrature non rémunérée. » (wiki)

Par : MiniPhasme

0
0
<b>Des monstres sacrés</b> ► MartinOli, <b><a href="http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2014/08/28/cincinnatus-plutot-matamore-ou-rodomont/#comment-204246" title="" rel="nofollow">Mercis</a></b> *... Cette <i>libération</i> me permet de d’enchaîner avec une <i>métaphore</i> des plus euphorisantes qu'on prête au saint dont Montis Burgus se réclame : « Selon l'opinion de saint Augustin, si Dieu frappe sans résultat sur les montagnes et les objets insensible​s, c'est pour nous faire connaître que, s'il s'en prend ainsi aux choses qui ne pèchent point, c'est pour dénoncer aux pécheurs le péril qui les attend au jour du jugement. Guibert DE NOGENT (1053-1124) De Vita sua. » [Extrait de: Guy Bechtel, Jean-claude Carrière. « Dictionnaire de la bêtise suivi du le livre des bizarres. »] De là à en conclure que Dieu n'est pas un <b>tranche-montagne</b>*, il y a bien évidemment un chasme que le phasme se gardera de franchir... * mérite-t-il son trait d'union ? [Si j'ai bien suivi, certains épo/synonymes en étaient dépourvus ; on écrivait <i>Fier(r)abras</i> et <i>Tranchemontaigne</i>] P.-S. Oui, <b>JMJ</b>, c'est "comme d'hab", et vous avez bien fait de ne pas la <i>boucler</i> ; il vaut mieux réagir sur-le-champ... P.P.-S. à propos d'"engouement" et pour le goût de la provoc' : quand Mélenbourg cite (ou se compare à) Cincinnatus , ça <b><a href="http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/decryptages/2014/08/25/25003-20140825ARTFIG00302-montebourg-evoque-cincinnatus-comme-melenchon-avant-lui.php" title="" rel="nofollow">défrise</a></b> qui, hormis le... Figaro ?

Par : Phasminus

0
0
<i>Jacques C, nous voilà (vous et moi) à commenter l’histoire romaine à coup de Tite Live.</i> Euh... <i>c’est par défi</i>, cher <b>harald</b>, que vous n'écrivez pas Tite-Live ? Ah la la ... si l'on en croit le susnommé, Caius Servilius <b>Ahala</b> ne serait rien (de) moins qu'un fier-à-<b><a href="http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Caius_Servilius_Ahala" title="" rel="nofollow">aisselle</a></b>...

Par : harald

0
0

Jacques C (12 h 32), la question n’est pas là affirmez-vous ajoutant : « La question est de savoir si, oui ou non, avant d’être sollicité pour devenir dictateur de Rome il avait volontairement renoncé au pouvoir.»
Vous et moi disposons manifestement du même texte, citons ce qui dit comment Cincinanatus a volontairement « renoncé à pouvoir » ; il n’a pas refusé de poursuivre sa charge, il a refuser d’être réélu (1II, XX1, § 4 à 8) :
«…Pour moi, loin d’imiter les tribuns, je ne souffrirai pas, au mépris de votre sénatus-consulte, ma réélection au consulat. »
Puis les deux consuls décrètent en commun « qu’aucun citoyen ne doit porter Lucius Quinctius au consulat; si quelqu’un le fait, on annulera son suffrage. »  
Ce n’est pas une renonciation au pouvoir c’est une prise de position d’ordre « constitutionnel », que je trouve idéale, un citoyen est élu pour être consul un an, pas plus.
Vous ajoutez : «C’est bien cet enchaînement qui sert de référence à Montebourg (…). Tu parles !

13h50, ok cher Phasminus, …-… , (et, je n’aimerais pas avoir à cacher un poignard sous mon aisselle, ça doit faire froid).

Par : Jacques C

0
0

Refuser de continuer à exercer le pouvoir, ce n’est pas renoncer au pouvoir ?

Ah…

Bon, là, je renonce et j’abdique !

Par : correcteurs

0
0

Jacques C : comme Charles Quint ?

Par : l'insecte frileux

0
0

« et, je n’aimerais pas avoir à cacher un poignard sous mon aisselle, ça doit faire froid » dixit Harald.

Moins que sous la gorge*…

* « Auparavant, la première forme de cette expression était « mettre le couteau sur la gorge », ou encore « mettre le pied sur la gorge ». L’image ici utilisée est celle d’un homme écrasant son adversaire du pied en signe de victoire. Il en est de même avec le couteau posé sur la gorge, geste très menaçant et qui signifie que l’on est en position de faiblesse. L’expression a gardé ce sens d’ »être menacé ». »

  • Page 1
  • 2